gamme mycohydralin contre les mycoses

Disponible
sans ordonnance

médicament

Brûlures, irritations,
démangeaisons...

Les mycoses vaginales touchent de nombreuses femmes partout dans le monde. Bien que bénignes, elles sont pourtant difficiles à vivre. Heureusement, il existe des traitements adaptés qui permettent de se soigner efficacement.

Qu'est-ce que la mycose vaginale ?

Ce petit désagrément intime typiquement féminin affecte environ 75% des femmes au moins une fois dans leur vie (1). Aujourd’hui il est temps de lever les tabous.

Des symptômes gênants, anti-glamour…

L’ennemi public numéro 1 le plus souvent responsable de la mycose vulvo-vaginale est un champignon microscopique nommé Candida albicans.

Habituellement, quand votre flore vulvo-vaginale est normalement « équilibrée », Candida albicans se fait discret : les « bons » lactobacilles, présents en quantité importante, empêchent son développement. Mais quand cet équilibre fragile se rompt (grossesse, traitement antibiotique…) Candida albicans en profite alors pour proliférer. S’en suive un cortège de symptômes qui n’a rien de glamour : démangeaisons, pertes blanches, sensations de brûlures, sont autant de symptômes qui peuvent être ressentis, sans parler de possibles douleurs pendant ou après les rapports sexuels…

Dans certains cas, la mycose peut ne concerner que le vagin (mycose vaginale). Mais la plupart du temps, la mycose touche à la fois la vulve ET le vagin : on parlera alors de mycose vulvo-vaginale.

Qu’est-ce qui favorise la mycose vaginale ?

Il y a des moments où les femmes sont plus sujettes à développer une mycose vaginale :

  • Les variations hormonales.
  • L’excès d’hygiène intime ou l’utilisation de produits irritants (comme les savons et gels douche classiques non adaptés à la sphère intime).
  • Certains traitements (antibiotiques, corticoïdes…).
  • Le port de certains vêtements n'est pas recommandé : pantalons ou sous-vêtements trop serrés, mais également sous-vêtements synthétiques ou le port trop fréquent de protège-slips. À éviter donc : le jean léopard moulant et son string panthère en viscose assorti !
lumière questions intimes

Pertes vaginales anormales ?Mauvaises odeurs ? Démangeaisons ?Faites la lumière sur vos questions intimes !

En savoir plus

Je me traite avec MycoHydralin

Sachez que des traitements sans ordonnance sont disponibles en pharmacie. Quoiqu’il arrive vous n’êtes pas seule, votre pharmacien peut vous conseiller un traitement adapté ou vous orienter vers un médecin si nécessaire. MycoHydralin vous propose un traitement complet pour que votre mycose vulvo-vaginale ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

EFFICACITÉ

MycoHydralin® contient du clotrimazole. Le clotrimazole est un principe actif antifongique qui permet de traiter efficacement les mycoses vaginales.
Ainsi, MycoHydralin ® vous permet de vous débarrasser des mycoses vulvo-vaginales en seulement 1 à 3 jours de traitement.

GAMME COMPLÈTE

MycoHydralin® vous propose une solution complète pour dire STOP aux mycoses vaginales !

MycoHydralin®, 1 comprimé vaginal

comprimé mycose vaginale

MycoHydralin® 500mg

Parce que chaque jour compte, MycoHydralin® propose 1 dosage à 500mg pour vous soulager en 1 prise !

mycose ou vaginose

MycoHydralin®, 3 comprimés vaginaux

comprimé mycose vaginale

MycoHydralin® 200mg

MycoHydralin® existe toujours en 3 comprimés (200 mg de clotrimazole) pour 3 jours de traitement.

comprimé + crème contre mycose

MycoHydralin® crème

crème mycose vaginale

En cas d'atteinte vulvaire associée, il est recommandé de compléter le traitement vaginal par l'application de MycoHydralin® crème. MycoHydralin® crème, traite efficacement les mycoses vulvaires.

Les + MycoHydralin®

MycoHydralin® comprimé:

- Comprimé vaginal sec, ne coule pas.
- Avec applicateur : insertion facile et hygiénique, assure un bon emplacement

MycoHydralin® crème:

- Crème non grasse pour faciliter l'application du produit.
- Texture agréable.

Quelques conseils d'hygiène intime

  1. Une hygiène intime adaptée : évitez l'hygiène intime excessive (une toilette intime par jour suffit), ou l’utilisation de sprays parfumés intimes.
  2. Ne faites jamais de toilette vaginale interne : c’est inutile car cette zone s’auto-nettoie naturellement. Vous risquez au contraire d’irriter cette zone ou de la contaminer. Evitez d’utiliser un gant de toilette pour la toilette intime ou lavez-le après chaque utilisation à 60°C car le Candida albicans a la vie dure !
  3. Bien choisir son savon intime : utilisez un soin d’hygiène intime approprié qui respecte le pH physiologique de votre zone intime pour la toilette quotidienne ou un soin d’hygiène intime à pH basique en cas de mycose vaginale.
  4. Bien sécher sa zone intime : après la toilette, séchez-vous bien la zone intime en utilisant une serviette que vous changez très régulièrement. Lavez-là à 60°C. Evitez également les bains chauds et humides tels que hammam ou jacuzzi.
  5. Un nettoyage intime dans le bon sens ! Après les selles, nettoyez la zone intime d'avant vers l’arrière.
  6. Soyez vigilante pendant vos règles : changez vos tampons ou serviettes hygiéniques toutes les 4h. Attention aux serviettes hygiéniques, en particulier avec un film plastifié, qui favorisent la transpiration et la macération, et évitez de porter un protège slip tous les jours.
  7. Choisissez des tissus adaptés : Préférez les sous-vêtements en coton (ou soie) plutôt que synthétiques.
  8. On se met à l’aise: Envie d’un jean skinny ? Evitez de porter trop longtemps des vêtements serrés, des collants sous les pantalons pour éviter les frictions et surtout la macération, car le Candida albicans se développe mieux en milieu chaud et humide.
  9. Attention aux bains publics : Si vous vous baignez dans une piscine, rincez-vous ensuite à l'eau courante et évitez de garder votre maillot de bain humide trop longtemps.

Sexe et mycose vaginale, comment faire ?

Quelques conseils pour vous et votre partenaire pendant le traitement contre la mycose vaginale

  • En cas de mycose vaginale, l’envie de rapports sexuels n’est souvent pas à son apogée à cause de l’inconfort ressenti, et c’est normal… Il est important de prévenir votre partenaire.
  • Pour éviter tout malentendu avec votre partenaire : sachez qu’une mycose peut survenir spontanément et que cela n’a rien à voir avec l’infidélité. Il faut dans tous les cas éviter les rapports jusqu’à la fin de votre traitement pour éviter que votre partenaire ne se contamine lui aussi et de vous recontaminer…. Cependant afin d’éviter une recontamination, le traitement de votre partenaire sexuel pourrait être envisagé.
  • Sachez également que les comprimés ou ovules vaginaux peuvent altérer le latex du préservatif…

En résumé pendant un épisode de mycose vaginale : évitez les rapports sexuels !

(1) Sobel J. Vulvovaginal candidodis. Lancet 2007,369:1961-71

Mycohydralin® comprimé vaginal : Ce médicament réservé à l'adulte est indiqué dans le traitement des mycoses vaginales à levures sensibles. En cas d'atteinte vulvaire associée, il est recommandé de compléter le traitement vaginal par l'application de Mycohydralin crème sur les lésions. Mycohydralin® crème : médicament réservé à l'adulte indiqué dans le traitement de certaines maladies de la peau dues à des champignons microscopiques (mycoses). Lire attentivement la notice. Demandez conseil à votre pharmacien. Si les symptômes persistent, consultez votre médecin.

N° 15/11/67301480/GP/001 L.FR.MKT.CC.11.2015.0091