Quelles sont les causes d’une mycose vaginale?

Mycose vaginale : tout savoir sur les causes de la maladie ?

Démangeaisons, brûlures, rapports sexuels douloureux… Tous ces maux sont bien connus par trois femmes sur quatre qui ont déjà eu affaire à une mycose vulvo-vaginale (1). Cette infection génitale qui touche à l’intimité des femmes est certes banale, mais peut être difficile à vivre pour celles qui y sont confrontées. Comment la mycose vaginale fait-elle son apparition ? Quels sont les facteurs qui favorisent la prolifération de « mauvais champignons » ? Focus sur les causes des mycoses vaginales.
La flore vaginale : un environnement fragile à préserver.

La flore vaginale, connue également sous le terme scientifique de microbiote vaginal, tapisse le revêtement interne du vagin, la muqueuse vaginale.

Le microbiote vaginal est composé de milliards de bactéries. Mais, entendons-nous bien, la majorité de ces micro-organismes qui tapissent le vagin ne nous veulent que du bien. Elles sont diverses et les plus nombreuses se nomment les lactobacilles, historiquement appelée flore de Döderlein. Un de leurs rôles est de veiller à la protection de l’organe génital féminin en créant une barrière contre les agents pathogènes responsables d’infections vaginales.

Comment les lactobacilles agissent-ils ? Notamment en métabolisant en acide lactique le glycogène venant de la paroi vaginale. C’est cette acidité qui rend l’environnement intime particulièrement hostile aux mauvais microbes. Un vagin en bonne santé chez la femme en âge de procréer présente donc un pH habituellement entre 3,8 et 4,5 (acide).  Par ailleurs, la flore vaginale limite physiquement l’accessibilité de la paroi vaginale aux pathogènes.

La principale cause de la mycose vaginale : un milieu vaginal déséquilibré

Dans un environnement stable et équilibré, les lactobacilles cohabitent avec Candida albicans, hôte naturel opportuniste du milieu vaginal.

Évoluant en plus petites quantités que les bonnes bactéries, ces champignons sont normalement inoffensifs . Toutefois, lors d’un déséquilibre du milieu vaginal, Candida albicans peut proliférer.

Vagin et vulve se trouvent alors exposés à des risques de développement d’une mycose.

La prolifération du champignon Candida albicans est à l’origine de la mycose génitale. Celle-ci peut toucher à la fois la zone vaginale, mais également la partie vulvaire. On parle alors d’une mycose vulvo-vaginale.

Déséquilibre de la flore vaginale : les facteurs déclenchants

De nombreuses raisons peuvent favoriser un déséquilibre de la flore vaginale. Voici les principaux facteurs qui peuvent favoriser l’apparition d’une mycose vaginale en entrainant un déséquilibre de la flore vaginale :

  • La prise d’antibiotiques

Utilisés pour lutter contre les bactéries en cas d’infection, les antibiotiques ne font pas tous la distinction entre les microbes bénéfiques pour l’organisme et les pathogènes. Selon le type de médicament et la durée du traitement, les lactobacilles peuvent donc voir leur nombre diminuer, rendant ainsi le milieu vaginal plus vulnérable.  
 

  • Une hygiène excessive

Cela peut paraître paradoxal, mais à vouloir être trop propres, les femmes perturbent involontairement leur sphère intime. En effet, une toilette intime trop fréquente  et un gel douche inadapté peuvent entraîner la destruction des lactobacilles et provoquer ainsi un déséquilibre de la flore vaginale.

  • Les autres facteurs déclencheurs

Un déséquilibre de la flore vaginale peut trouver son origine dans d’autres situations :
Le port de vêtements trop serrés, de sous-vêtements en tissu synthétique, le stress, la fatigue, le tabac, les déficits immunitaires, le diabète.

Au cours de leur vie, environ trois quarts des femmes auront une mycose génitale (1). Entre 40% et 50% des femmes connaitront deux à trois épisodes de mycoses génitales (1).

Des solutions sans ordonnance existent en pharmacie. Demandez conseil à votre pharmacien.